Résumé

  • Quelle que soit votre situation, je vais vous présenter un modèle, une façon de voir le monde qui va vous permettre d’identifier, de comprendre comment vous pouvez pleinement et complètement vivre votre mission de vie et avoir une vie beaucoup plus heureuse.
  • La question que vous devez vous poser par rapport à votre situation présente est la suivante : avez-vous de l’enthousiasme par rapport à ce que vous faites ? Avez-vous du savoir-faire par rapport à ce que vous faites ? Est-ce que vous pensez que ce que vous faites contribue de façon positive au monde par rapport à vos valeurs à vous ? Est-ce que vous êtes payé pour ce que vous faites ?Si la réponse est non, je vous invite à réfléchir sur votre vie, à réfléchir aux changements que vous pouvez mettre en place pour trouver votre mission de vie et ensuite la vivre.
  • Donc tout ça pour vous dire que ces 4 éléments sont indispensables pour obtenir le numéro gagnant qui est celui de votre mission de vie et je vous encourage vraiment à penser que vous pouvez tous les satisfaire. Ne vous le mettez pas de limites en disant : « il faut que je sois rémunéré tout au début ».
  • Regardez la vidéo pour avoir le contenu entier.
  • Cette vidéo vous donnera des clés très importantes pour améliorer et créer la Vie que VOUS voulez et Devenir Maitre de Votre Destin !

Actualités

  1. Facebook
    Recevez quotidiennement du contenu intéressant et les dernières nouvelles sur comment Devenir Maitre de votre Destin.
  2. Chaine Youtube
    Abonnez-vous à la chaine pour obtenir les nouvelles vidéos sur comment Devenir Maitre de son Destin dès qu’elles sont prêtes.
  3. Instagram
    Surveillez mon Instagram pour l’annonce de nouvelles ressources.

Transcription complète

Bonjour. Je suis Mike Fink et mon but est de vous aider à améliorer votre vie avec le pouvoir de votre esprit au travers de la connaissance, la formation, l’éducation et aussi le pouvoir insoupçonné de votre cerveau.

Aujourd’hui, je vais vous présenter une façon d’identifier votre mission de vie parce que malheureusement, beaucoup de gens se réveillent le matin un lundi ou même un autre jour de la semaine et ils sont là, ils ont du mal à se lever parce que rien ne les excite. L’idée d’aller au travail est quelque chose de pénible pour eux. C’est une autre journée encore pour simplement aller faire quelque chose qu’ils se sentent obligés de faire pour pouvoir aller de l’avant et payer les factures.

J’espère que ce n’est pas votre cas, mais peut-être que vous n’êtes pas non plus super excité de vous réveiller le matin.

Quelle que soit votre situation, je vais vous présenter un modèle, une façon de voir le monde qui va vous permettre d’identifier, de comprendre comment vous pouvez pleinement et complètement vivre votre mission de vie et avoir une vie beaucoup plus heureuse.

Il y a une chose que beaucoup de gens ne connaissent pas sur moi. C’est le fait qu’il y a beaucoup d’années, avant de m’impliquer dans le développement personnel, j’étais un analyste financier.

J’ai travaillé à Londres dans une grande banque d’affaires. Je m’occupais des analyses financières pour tout ce qui est fusion/acquisition et ensuite, j’ai aussi travaillé dans le consulting. C’était une carrière qui était prestigieuse et la raison pour laquelle je l’avais faite, c’était parce que mon père m’avait dit qu’il fallait que j’étudie le business et que je devienne quelqu’un d’impliqué dans la finance. Ce n’était pas ma passion, mais j’ai écouté mon père. C’était quelqu’un d’autoritaire.

Par la suite, après avoir fini mes études, j’ai voulu m’affirmer et c’est pour cela que j’ai trouvé ce travail dans la banque d’affaires et dans le consulting. J’étais très bon dans ce que je faisais. Malheureusement, je n’aimais pas ce que je faisais.

Je travaillais des heures énormes. Le nombre d’heures était absolument hallucinant, mais au-delà de ça, ça ne m’intéressait pas vraiment.

Suite au remariage de mon père, j’ai eu une espèce d’illumination, de prise de conscience me faisant réaliser qu’à ce moment-là, j’étais devenu libre, libre de suivre mon cœur, de suivre mon parcours et de faire ce que j’avais toujours voulu faire, c’est-à-dire de m’impliquer et d’étudier la psychologie. J’ai donc commencé des études de psychologie suite auxquelles j’ai fait mon Master de psychologie à Yale.

Je pense que les professeurs me trouvaient un petit peu bizarre parce qu’au début de l’année académique, je me souviens d’aller voir tous les professeurs pour leur dire : « c’est super ! Je suis super content d’être ici ! Vous ne comprenez pas ». Il me disait : « oui, oui, Mike. C’est bien. Nous aussi, on est contents que tu sois ici ». « Vous ne comprenez pas ! Je suis super heureux ! C’est ma passion ! Chaque matin, je me réveille et je suis au paradis ! »

En fait, à part le fait qu’ils me trouvaient probablement bizarre par rapport aux autres étudiants, le grand paradoxe était que lorsque je travaillais dans la banque d’affaires ou dans le consulting, du point de vue matériel, j’étais très bien nanti. On me payait les billets en business class, j’étais toujours dans les meilleurs hôtels, on me payait les meilleurs restaurants. Je travaillais énormément. C’était absolument mérité, mais ce que je veux dire, c’est que du point de vue des apparences et du confort matériel, j’étais à un niveau très haut.

En revanche, lorsque je suis arrivé à Yale en tant qu’étudiant, j’étais à un niveau très différent. J’étais dans une petite chambre d’étudiant, un tout petit lit à une place, une table, une chaise tout en bois, petite chambre dans un dortoir plein d’étudiants avec des salles de bains en commun. Et pourtant, j’étais heureux. Chaque matin lorsque je me réveillais, j’avais une excitation et une joie de vivre qui me propulsaient de l’avant.

C’est ce que je voudrais partager avec vous aujourd’hui, c’est-à-dire comment faire pour que vous aussi vous puissiez trouver votre mission de vie, améliorer et transformer votre qualité de vie.

Alors, à mes côtés, j’ai un modèle. Je vous rassure : il est bien plus simple qu’il n’en a l’air par rapport aux couleurs et aux post-its. Même si vous pensez l’avoir déjà vu auparavant, c’est un modèle qui est différent de ce qui existe parce que c’est moi qui l’ai développé. C’est le fruit de mes propres élaborations, pensées et interprétations. Je vous propose ce modèle qui, selon moi, est le plus adapté pour obtenir le résultat que vous voulez : identifier et pouvoir vivre votre mission de vie.

Il faut savoir aussi qu’un modèle est un modèle qui agit comme un filtre. Alors, qu’est-ce qu’est un filtre ?

Démonstration : lunettes de soleil. Lorsque je mets ces lunettes de soleil, ces lunettes vont filtrer ce que ma vision reçoit. Ces lunettes vont filtrer pour enlever les UVA, les UVB, les mauvais rayons. Elles vont aussi diminuer la lumière et mettre de côté tout ce qui n’est pas utile de façon à ce que je puisse voir clairement là où auparavant je ne voyais pas clairement.

Le but de ce modèle est d’agir comme un filtre parce que dans la vie quotidienne, vous êtes probablement bombardé par les médias, par Internet, par les simulations, par les Smartphones, par les iPhone, par vos collègues, par votre famille, par vos amis, par les idées reçues, par tellement de choses qu’il se peut que vous n’arriviez pas à avoir les idées claires sur ce que vous voulez vraiment faire, sur votre mission de vie et comment faire pour la trouver. Ainsi, ce modèle va être un filtre qui va vous permettre de mieux voir et d’avoir plus de clarté.

Commençons par voir quels sont les différents éléments de ce modèle.

Les 4 cercles

Comme vous voyez, il y a 4 cercles. Le premier cercle que j’ai dénommé avec la lettre E correspond à l’enthousiasme.

L’enthousiasme, c’est simplement ce que vous aimez faire et peu importe si vous êtes bon, si ça aide les autres ou pas. C’est tout ce que vous aimez faire. Donc dans mon cas, je suis passionné des sports de glisse. J’adore le snowboard. J’ai fait du parachutisme pendant de nombreuses années. J’adore le surf. J’adore le kitesurf. Tout ce qui est sport de glisse, c’est ma passion. J’adore. Je suis très enthousiaste. C’est ce que j’aime faire.

L’enthousiasme correspond à ce que qui vous emmène de la joie parce que vous aimez faire cette activité.

Le cercle ou l’élément suivant qui correspond à S, c’est le savoir-faire.

Le savoir-faire correspond à ce que vous savez bien faire, c’est-à-dire vos compétences, indépendamment du fait de l’aimer ou pas. Par exemple, je suis très bon en feuilles de calcul sur un fichier Excel puisque j’étais analyste financier, mais ça ne veut pas dire que j’aimais faire cela. Je suis très bon peut-être en comptabilité ou peut-être à organiser, ranger. Il y a toute une série d’activités dans lesquelles j’ai développé un savoir-faire et cette catégorie du savoir-faire correspond à tout ce que je sais bien faire indépendamment de tout autre facteur.

Dans la catégorie suivante, R correspond à la rémunération.

La rémunération est votre capacité à vous faire payer pour cette activité, quelle qu’elle soit. Que vous soyez bon dans cette activité ou que vous aimiez la faire, il faut que vous puissiez vous faire rémunérer pour cette activité si vous voulez aller de l’avant et continuer à vivre de façon correcte et pouvoir payer vos factures, ce qu’on veut tous faire évidemment.

L’élément suivant, C, c’est ce que j’appelle la contribution.

La contribution, ce sont les valeurs qui sont importantes pour vous par rapport aux autres, par rapport au monde. Par exemple, si vous êtes une infirmière, il se peut qu’une des choses que vous aimiez dans votre métier d’infirmière soit la contribution que vous faites envers les autres par rapport à leur santé, le fait d’améliorer leur santé.

L’angle est peut-être différent. C’est peut-être par rapport au fait de pouvoir amener du confort ou de la compassion à des gens qui, non seulement sont en mauvaise santé, mais qui sont probablement aussi en détresse émotionnelle.

La contribution correspond à la valeur que vous amenez à travers votre travail, votre produit, votre service. Elle correspond à la différence que vous voulez faire en mieux dans le monde.

Donc voilà les 4 cercles.

L’organisation des cercles

Voyons maintenant un petit peu comment ces cercles sont organisés.

Comme je vous l’ai dit, ici, nous avons la lettre V qui correspond aux valeurs. En d’autres mots, ces 2 cercles sur la gauche correspondent à vos valeurs, vos valeurs par rapport à ce que vous aimez, ce qui est important pour vous et par rapport à ce qui est important par rapport aux autres.

Du côté droit, nous avons le X qui correspond à l’expression de ces valeurs : comment ce qui est important pour vous et ce que vous aimez faire s’exprime au travers d’un savoir-faire, au travers de compétences et comment ce qui est important pour vous s’exprime au travers de la rémunération, de la reconnaissance que les autres sont prêts à vous donner en échange de ce que vous faites.

Une autre illustration cette fois-ci par rapport aux cercles qui se trouvent en haut, c’est-à-dire l’enthousiasme et le savoir-faire, correspond à soi-même. C’est ce qui vous regarde directement.

Les 2 cercles inférieurs, la contribution et la rémunération en l’occurrence correspondent aux autres, c’est-à-dire ceux que vous pouvez apporter aux autres, l’impact que vous avez envers les autres.

Les interactions

Maintenant que nous avons ces 4 cercles et ces 4 éléments, voyons un petit peu les différentes interactions. Jusqu’à présent, je vous ai parlé de chaque cercle séparément. En fait, vous voyez qu’il y a plusieurs intersections. Voyons d’abord les intersections de 2 cercles.

Par exemple, ici au numéro 1, vous avez l’intersection du cercle de l’enthousiasme et du savoir-faire. C’est quelque chose que vous adorez faire et que vous savez aussi très bien faire.

À quoi ça correspond ? Ce sont des définitions, mais la définition que je lui donne est la suivante.

L’intersection numéro 1 qui correspond à l’enthousiasme et au savoir-faire, c’est un hobby.

Dans mon cas, je vous ai dit que j’adorais les sports de glisse. Donc justement, en parlant de snowboard, j’adore le snowboard et je suis très bon en snowboard. Je suis même devenu instructeur de snowboard pour mon propre plaisir et pour mon propre apprentissage. Mais tant qu’il n’y a que ces deux choses-là qui sont en commun, ça reste un hobby. Cela veut dire que ce n’est pas mon métier et que cela n’exerce aucun impact particulier sur les autres.

Voyons la deuxième intersection de cercles, donc entre le savoir-faire et la rémunération. Le numéro 2, combinaison du savoir-faire et de la rémunération, correspond à ce que j’appelle votre profession.

Pour beaucoup de gens, comme je le disais tout à l’heure, c’est une profession. Vous êtes probablement compétent dans votre travail, vous le faites bien, on vous paye pour ce que vous faites, mais ça ne vous excite pas. Vous n’êtes pas particulièrement heureux d’aller au travail et peut-être que vous êtes même malheureux comme je l’étais à mon poste d’analyste financier et consultant.

Voyons l’intersection suivante entre la rémunération et la contribution. Au numéro 3, nous avons ce que j’appelle une vocation. Le numéro 3, c’est la combinaison d’une contribution — quelque chose que vous faites pour impacter de façon positive le monde, quelque chose qui est important pour vous — et d’une rémunération.

Donc c’est quelque chose que vous faites. C’est ce qu’on peut appeler une vocation, mais sans nécessairement être bon dans ce que vous faites ni être enthousiaste.

Enfin, la quatrième intersection de deux cercles réunissant la contribution et l’enthousiasme est la passion. Ici, vous êtes en plein dans vos valeurs, vous faites des choses qui vous enthousiasment et vous faites des choses qui sont importantes pour vous par rapport aux autres, mais sans vraiment qu’il y ait de considération par rapport au fait d’être compétent à le faire ou d’être payé.

Évidemment, jusqu’à présent, je vous parle uniquement d’interactions entre deux cercles, mais voyons ce qui peut se passer lorsque nous avons plus de deux cercles qui font l’intersection.

Lorsque nous avons trois cercles superposés comme c’est le cas de la surface A, qu’avons-nous ? Nous avons l’enthousiasme, le savoir-faire et la contribution. Donc 3 éléments sur 4 sont là. Ce qui manque, c’est la rémunération.

En fait, dans ce cas de figure, vous serez peut-être heureux parce que vous faites quelque chose que vous aimez. Vous serez compétent dans ce que vous faites. Vous faites une différence positive dans le monde et dans la vie des autres. Mais il est probable que ça ne va pas vous donner beaucoup d’argent. C’est un manque d’argent. Typiquement, c’est ce qu’on retrouve dans les gens qui font du volontariat. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire. C’est simplement une chose dont il faut être conscient.

Un médecin qui s’engage chez Médecins sans frontières sera probablement enthousiaste, aura son savoir-faire, contribuera, mais ce n’est certainement pas pour l’argent qu’il le fera.

Regardons l’intersection B.

À cette intersection, nous avons l’enthousiasme, le savoir-faire et la rémunération. Voici un cas un petit peu particulier parce que c’est un cas où vous aimez ce que vous faites, vous savez très bien le faire, on vous paye pour ce que vous faites, mais en réalité ça n’honore pas vos valeurs par rapport à la contribution au monde.

Un exemple : imaginons quelqu’un qui travaille dans le marketing pour une société qui produit des cigarettes. Il est enthousiaste parce qu’il adore le marketing. Il a du savoir-faire parce qu’il est bon dans son marketing. Évidemment, il se fait bien payer parce qu’il est bon dans ce qu’il sait faire et en plus il a de l’enthousiasme. Mais fondamentalement, sa vie est probablement vide de sens parce que ce qu’il fait n’honore aucune valeur qui est importante pour lui. C’est probablement le contraire : ça honore quelque chose qui est plus néfaste que bénéfique.

Regardons l’intersection C. À cette intersection, nous avons l’intersection du savoir-faire, de la rémunération et de la contribution.

Il s’agit d’un cas où vous n’avez pas de joie dans ce que vous faites. Donc ça peut très bien marcher, peut-être que c’est un métier dans lequel vous êtes très bon et où on vous paye parce que vous savez bien le faire. Le travail que vous faites fait une différence positive dans la vie des autres. Il se peut que vous contribuiez à une comme une noble cause. Mais sans aller dans des choses aussi hautes, c’est le simple fait d’améliorer la vie des personnes, mais fondamentalement ça ne vous intéresse pas trop. Vous n’aimez pas trop ce que vous faites. Donc c’est une vie qui va vous amener quelque chose, certes, mais qui manque de joie.

L’intersection D, c’est l’intersection de l’enthousiasme, de la rémunération et de la contribution.

Vous aimez ce que vous faites. Vous faites une différence positive dans la vie des autres et en plus, on vous paye. Mais si vous n’avez pas de savoir-faire, vous allez manquer de stabilité.

Pourquoi ? Parce que tôt ou tard, on ne va plus vouloir vous payer parce que votre savoir-faire n’est pas suffisant ou une autre personne ayant un savoir-faire supérieur par rapport à vous viendra prendre votre position et vous n’aurez plus de rémunération.

Les erreurs classiques

Il faut y faire attention. C’est une des erreurs classiques. Les gens se disent : « OK. J’en ai 3 sur 4. Ça peut être suffisant », mais en réalité, non parce que si vous n’en prenez que 3 sur 4, à chaque fois il y aura un des éléments qui va manquer.

Une autre chose à laquelle il faut faire attention et la chose suivante. Parfois, les gens se disent : « j’ai de l’enthousiasme pour quelque chose, j’ai du savoir-faire. Voyons comment je peux me faire rémunérer ».

Prenons le cas du snowboard. J’adore le snowboard, j’ai de l’enthousiasme, j’ai du savoir-faire, je sais très bien faire du snowboard, mais l’erreur serait de me dire : « très bien. Comment est-ce que ça peut devenir une mission de vie ? Comment est-ce que je peux me faire rémunérer ? Je vais enseigner le snowboard ». Mais attention : enseigner le snowboard, ce n’est pas la même chose que faire du snowboard parce que lorsqu’on enseigne du snowboard, on passe beaucoup de temps sur les pistes avec des débutants, on leur fait voir, on leur fait comprendre. On les regarde beaucoup, mais en réalité, on ne fait pas beaucoup de snowboard.

Donc si je voulais vraiment trouver une mission de vie qui est en accord avec les 4 plans par rapport au snowboard, j’aime faire du snowboard, je sais bien en faire. Comment est-ce que je peux obtenir la rémunération et aussi donner contribution ? Par exemple, si je commence à faire des compétitions de snowboard.

Dans ce cas, je peux gagner de la rémunération, je contribue de façon positive au fait d’inspirer les gens, de donner des spectacles et de cette façon, je peux peut-être trouver ma mission de vie. Mais attention : là aussi, il faut s’assurer que faire du snowboard et faire de la compétition de snowboard pour vous aient la même valeur en termes d’enthousiasme et que vous aimiez faire cette chose-là.

Voilà le modèle.

Le Graal sacré

Finalement, quel est le Graal sacré ?

Le Graal sacré, c’est d’avoir l’intersection de ces 4 éléments en entier et lorsque vous avez ça, vous êtes en plein dans votre mission de vie.

Pour prendre un exemple au hasard, le mien évidemment, lorsque j’ai changé de carrière, j’ai trouvé ma mission de vie. Pourquoi ? Parce que je fais quelque chose qui m’enthousiasme. Vous pouvez le voir sur la caméra. J’adore le travail que je fais. Je fais quelque chose qui m’a permis de développer un savoir-faire dans la création de contenu, dans la communication. Je fais quelque chose qui contribue au monde. Pour moi, c’est important de transformer la vie des gens, de vous aider, de faire une différence positive dans votre vie. Je fais quelque chose qui m’amène aussi une rémunération au travers des programmes, des produits et services que je propose.

Chaque matin quand je me réveille, pour moi, je me dis que c’est une autre journée au paradis. Je dirais que la différence par rapport à Yale, c’est que maintenant je n’ai pas seulement l’enthousiasme, mais il y a aussi les autres éléments, dont la rémunération, le savoir-faire, la contribution, qui sont liés à l’enthousiasme. Et bingo : l’étoile, le numéro gagnant, c’est l’intersection de ces 4 éléments.

L’approche simplifiée

Voilà le modèle que je voulais vous présenter. Vous n’avez pas besoin de mémoriser toutes les intersections et tous ces petits post-its avec les manques. Prêtez-y attention simplement.

En fait, c’est beaucoup plus simple que cela. La question que vous devez vous poser par rapport à votre situation présente est la suivante : avez-vous de l’enthousiasme par rapport à ce que vous faites ? Avez-vous du savoir-faire par rapport à ce que vous faites ? Est-ce que vous pensez que ce que vous faites contribue de façon positive au monde par rapport à vos valeurs à vous ? Est-ce que vous êtes payé pour ce que vous faites ?

Si la réponse est non, je vous invite à réfléchir sur votre vie, à réfléchir aux changements que vous pouvez mettre en place pour trouver votre mission de vie et ensuite la vivre.

Quelques cas de figure

Encore quelques éléments importants. Malheureusement, la plupart du temps, les gens partent en se disant : « il faut quand même que je paye les factures » et je suis d’accord avec vous. Tout le monde doit payer ses factures. Il faut aller de l’avant. Vous avez peut-être des responsabilités, une famille, des enfants. Cela nous porte souvent à porter l’attention sur la rémunération.

Donc l’erreur que les personnes font souvent consiste à dire : « je vais chercher quelque chose qui m’amène une rémunération. J’aurai du savoir-faire. Si j’ai de la contribution, tant mieux, mais peu importe l’enthousiasme ».

En fait, je vous invite à penser de façon différente. Pensez à la manière dont vous pouvez satisfaire les 3 autres éléments et une fois que ces 3 éléments sont satisfaits, comment vous pouvez faire en sorte d’être payé tout en satisfaisant ces 3 autres éléments. Je vous donne un exemple.

Si quelqu’un aime voyager (l’enthousiasme) et en plus est très bon à voyager en trouvant des voyages qui ne coûtent pas cher, en partageant ça avec les autres personnes, en devenant par exemple quelqu’un qui contribue au Guide du retard, cette personne aura l’enthousiasme, le savoir-faire. Elle va contribuer à aider les autres à trouver les bons plans aussi et elle va pouvoir se faire rémunérer.

Un autre exemple peut être opposé, mais simplement comme exercice de l’esprit. Une personne qui adore voyager dans des hôtels de luxe. Elle sait exactement ce qu’il faut faire pour trouver le meilleur service, les meilleures prestations. Paradoxalement, cette personne peut trouver une façon de se faire rémunérer parce que si elle devient la personne qui va faire le tour des grands hôtels et ensuite publier les revues des grands hôtels sur Internet, elle sera enthousiaste, elle aura du savoir-faire, elle va contribuer aux autres puisqu’elle donnera des moyens aux autres pour trouver les meilleurs services et elle va pouvoir se faire rémunérer.

Je vais vous dire encore quelque chose de plus. À l’époque où nous vivons au travers d’Internet, des médias sociaux et de la technologie qui transforme des vies quotidiennement, lorsque vous mettez votre attention sur ces 3 éléments, le quatrième élément émerge souvent.

Par exemple, il y a beaucoup de gens qui ont commencé à faire un blog sur des sujets qu’ils aimaient — enthousiasme. Comme ils aimaient et ils s’y sont beaucoup intéressés, ils ont aussi développé une compétence. Le fait de partager leur enthousiasme et leurs compétences, leur savoir-faire sur YouTube par exemple leur a permis de faire une contribution. Et en fait, qu’est-ce qui s’est passé ? Peut-être sans qu’ils aient eu l’intention de le faire au début, ils ont commencé à être rémunérés, soit au travers de YouTube, soit au travers d’autres opportunités qui se sont mises en place.

J’ai une connaissance qui est passionnée par la cuisine américaine : le hamburger. Je sais que si on compare cela à la cuisine française, ce n’est pas le même style de cuisine. On sait que c’est peut-être moins riche, mais il adore la cuisine américaine. Donc il avait de l’enthousiasme, il savait faire toutes les recettes du barbecue, du hamburger, etc., et il a commencé à partager cela avec d’autres personnes par passion et par envie de partager ses découvertes avec d’autres personnes.

Ici, je sais que j’avais utilisé le mot « passion » pour dire que c’est juste ça, mais il y avait certainement une passion à laquelle il a rajouté le savoir-faire. Dès qu’il a commencé à partager cette passion avec le savoir-faire sur YouTube, des gens ont commencé à regarder sa chaîne sur YouTube. Par la suite, une télévision l’a approché pour lui demander d’animer une émission à la télévision sur la cuisine américaine.

Donc tout ça pour vous dire que ces 4 éléments sont indispensables pour obtenir le numéro gagnant qui est celui de votre mission de vie et je vous encourage vraiment à penser que vous pouvez tous les satisfaire. Ne vous le mettez pas de limites en disant : « il faut que je sois rémunéré tout au début ».

Le plan d’action

En fait, la manière de procéder est de vous poser cette question : quelles sont les choses que j’aime faire ? Donc, faites quatre listes, en fait.

Mettez une première liste sur laquelle vous écrivez tout ce que vous aimez faire. Peu importe si vous êtes nul, tant que vous aimez. Donc moi, j’aime le snowboard, j’aime aller au cinéma, j’aime lire des livres. Mettez tout ce que vous voulez. Il faut que vous aimiez.

Ensuite, faites une autre liste où vous mettez toutes les choses dans lesquelles vous êtes bon. Excel, dans mon cas, comptabilité, organisation, création de contenu, etc.

Ensuite, faites une liste dans laquelle vous pouvez écrire, énumérer toutes les choses que vous pouvez contribuer aux autres, toutes les choses que vous pouvez amener au monde au travers d’une de ces activités. Idéalement, choisissez une activité qui se trouve dans l’intersection.

Dès que vous aurez fait cela, la dernière liste ne sera pas nécessairement facile ou spontanée, mais ces 3 éléments ensemble vont vous donner des idées. Je vous engage vraiment à faire en sorte que ces 3 éléments restent fixes et que vous trouviez une façon de faire marcher la rémunération pour que vous puissiez vivre votre mission de vie.

Comme vous le voyez, je suis très enthousiaste par ces concepts. J’aime partager avec vous parce que ma vie a été complètement transformée quand j’ai décidé de suivre mon cœur, mon enthousiasme, de développer un savoir-faire, de faire une contribution positive au monde et ça m’a amené à pouvoir obtenir une rémunération. Je vous souhaite la même chose.

Donc si vous avez trouvé ces informations intéressantes, je vous prie de cliquer sur le bouton « j’aime ». Partagez cette vidéo avec d’autres personnes.

De mon côté, je vous souhaite une merveilleuse journée pleine d’enthousiasme, de savoir-faire, de contribution, de rémunération et je vous dirais même mieux : je vous souhaite une fantastique vie pleine d’enthousiasme, de savoir-faire, de contribution et de rémunération.

Merci beaucoup.