Résumé

  • Il y a une petite stratégie pour faire ce que j’appelle les petits pardons, c’est-à-dire faire en sorte que même si ces choses vous arrivent dans la vie, vous n’êtes pas affecté négativement.
  • Cette stratégie est venue lorsque Charles Faulkner, qui était le Monsieur « modélisation » par rapport au monde de la PNL, nous parlait de ce qu’était la modélisation.
  • Il y a un phénomène psychologique qu’on appelle l’erreur fondamentale d’attribution.
  • J’ai partagé cette petite stratégie avec vous. Elle est toute simple, toute facile. Je vous invite à l’utiliser. Utilisez-la pour les petits pardons. Ce n’est pas adapté pour les grands traumas, mais essayez-la peut-être même pour les pardons moyens.
  • Regardez la vidéo pour avoir le contenu entier.
  • Cette vidéo vous donnera des clés très importantes pour améliorer et créer la Vie que VOUS voulez et Devenir Maitre de Votre Destin !

Actualités

  1. Facebook Recevez quotidiennement du contenu intéressant et les dernières nouvelles sur comment Devenir Maitre de votre Destin.
  2. Chaine Youtube Abonnez-vous à la chaine pour obtenir les nouvelles vidéos sur comment Devenir Maitre de son Destin dès qu’elles sont prêtes.
  3. Instagram Surveillez mon Instagram pour l’annonce de nouvelles ressources.
 

Bonjour. Je suis Mike Fink et vous avez la possibilité d’améliorer et de créer la vie que vous voulez grâce au pouvoir de votre cerveau et de votre esprit. Ma mission est de vous inspirer, vous éduquer et vous donner les outils et les instruments pour que vous puissiez y arriver et devenir ainsi maître de votre destin.

Je partage avec vous une stratégie pour les petits pardons. Qu’est-ce que ça veut dire ? Quotidiennement ou en tous cas assez souvent dans le cours de notre vie, nous vivons des moments qui nous irritent.

Par exemple, vous êtes en train de conduire. C’est vous qui avez la priorité, mais une voiture passe et vous coupe la route. Et là, à l’intérieur de nous, on est irrité. On se dit : « quel crétin ! Il pense être vraiment le roi de la route ».

Vous êtes sur le point d’entrer dans un magasin et la personne devant vous, au lieu de vous garder la porte ouverte, laisse la porte se refermer sur votre nez. Là aussi, on s’exclame peut-être intérieurement : « mais quelle personne malpolie ! Elle aurait pu me garder la porte ouverte ! »

Vous êtes en train de faire la queue pour faire les formalités d’enregistrement à l’aéroport et vous voyez une personne qui passe devant vous sans donner d’explication. Et là aussi, on a toutes sortes de réactions émotives en général pas très sympathiques qui arrivent en nous.

Il y a une petite stratégie pour faire ce que j’appelle les petits pardons, c’est-à-dire faire en sorte que même si ces choses vous arrivent dans la vie, vous n’êtes pas affecté négativement. C’est beaucoup plus simple si on peut mettre ces petits événements de côté. C’est comme voir la différence entre une eau où il y a de petites vagues qui arrivent et un lac parfaitement plat. C’est beaucoup plus serein d’avoir un lac parfaitement plat plutôt que d’avoir de petites vagues qui l’agitent.

Donc quelle est cette stratégie ?

C’est une stratégie que j’ai apprise il y a plus de 20 ans. J’étais en train de faire mon cours et mon parcours de maître praticien. C’était au Colorado. C’était une formation intense qui durait trois semaines. On avait presque tous les jours de nouveaux formateurs. C’est les plus grands noms de la PNL qui venaient présenter chacun leurs points de force, leurs concepts pendant 2-3 jours avant de passer à une nouvelle personne.

Cette stratégie est venue lorsque Charles Faulkner, qui était le Monsieur « modélisation » par rapport au monde de la PNL, nous parlait de ce qu’était la modélisation.

La modélisation, c’est comprendre quels sont les processus mentaux qu’une personne utilise pour obtenir un certain résultat et en général, on essaye de modéliser, c’est-à-dire de comprendre puis de reproduire, les processus mentaux qui mènent au succès ou à des résultats exceptionnels.

L’idée, c’est que si une personne arrive à utiliser ce processus mental, d’autres personnes peuvent aussi arriver à suivre le même processus et donc à obtenir des résultats similaires.

Dans le cadre de cette formation, à un moment, il dit : « qui d’entre vous a une stratégie pour les petits pardons ? » Et là, une dame lève la main en disant : « oui, oui, moi. C’est très facile ». Ah oui ? Même Charles était surpris de voir qu’elle était tellement confiante et sûre d’elle-même par rapport au fait qu’elle pouvait pardonner si facilement. Très bien.

Donc il la fait venir, la fait s’asseoir à côté d’elle et lui dit : « écoute, imagine cette scène. Tu es en train de conduire. C’est toi qui as la priorité, mais une voiture te coupe la route. Et là, qu’est-ce que tu fais ? » Elle dit : « c’est facile. Voilà ce que je me dis dans ma tête ou même à voix haute : je l’ai déjà fait ou j’aurais pu le faire. C’est aussi simple que ça : je l’ai déjà fait ou j’aurais pu le faire ».

Charles était un petit peu déconcerté par la simplicité, mais effectivement, ça marche. Il lui donne un autre exemple, celui de la porte qui se referme alors que la personne aurait pu lui garder la porte ouverte. Elle dit : « ah, j’ai déjà fait ou j’aurais pu le faire ». Même chose lorsqu’une personne passe devant elle lorsqu’elle fait la queue à l’aéroport, etc.

J’ai moi-même essayé depuis cette stratégie. Ça marche très bien. Ça fait plus de 20 ans que moi je l’utilise et ça marche. Ça permet justement de rendre l’eau du lac beaucoup plus calme. Voyez ce qu’il en est pour vous. Mais je vais vous donner mon explication à moi qui va, selon moi, être la raison pour laquelle ça marche. C’est mon explication, mais je pense qu’elle est très solide.

Il y a un phénomène psychologique qu’on appelle l’erreur fondamentale d’attribution. C’est tellement un grand phénomène qu’on appelait ça l’erreur fondamentale. Mais de quoi s’agit-il ?

Lorsque nous jugeons les autres de façon négative pour certaines choses qui sont arrivées, nous avons tendance à attribuer la cause de leur comportement a des traits de personnalité, à des traits de caractère, à des caractéristiques internes de la personne. En revanche, lorsque nous faisons les mêmes comportements que les autres personnes, nous expliquons ce comportement de façon complètement différente. Ça n’a rien à voir avec notre personnalité ou nos traits de caractère. Ça a à voir avec les circonstances externes.

Le fait d’utiliser cette stratégie pour les petits pardons « je l’ai déjà fait ou j’aurais pu le faire », lorsque l’on se dit ça, qu’est-ce qui se passe ?

Automatiquement, on se met à la place de l’autre personne et en se mettant à la place de l’autre personne, nous ne sommes plus victimes de cette erreur fondamentale d’attribution puisque nous sommes plus, nous, en train de juger une autre personne, mais nous nous mettons à la place de l’autre personne, et là, nous jugeons le comportement selon l’optique des circonstances externes.

Donc là, on a pu couper la route parce que peut-être on était très pressé, on avait un rendez-vous avec un client ou avec notre patron qui était important. On était déjà en retard.

Le fait de ne pas avoir gardé la porte ouverte pour la personne derrière nous, c’était peut-être qu’on était tellement préoccupé par des factures à payer ou bien par des problèmes familiaux qu’on était trop absorbé pour prêter attention à notre environnement.

Le fait de couper et de passer devant les autres à une queue, c’était peut-être qu’on était sur le point de rater l’avion, il fallait se rendre à des funérailles de famille et c’était très important de prendre ce vol.

Donc lorsqu’on met tout dans l’optique de circonstances externes, c’est beaucoup plus simple de pardonner.

J’ai partagé cette petite stratégie avec vous. Elle est toute simple, toute facile. Je vous invite à l’utiliser. Utilisez-la pour les petits pardons. Ce n’est pas adapté pour les grands traumas, mais essayez-la peut-être même pour les pardons moyens. Que sais-je ? Voyez ce que ça donne pour vous. En tout cas, c’est quelque chose d’utile et de facile à mettre en place qui peut vraiment rendre le quotidien beaucoup plus agréable.

Si vous avez trouvé cette vidéo intéressante, cette technique intéressante, partagez-la. Faites en sorte que d’autres personnes puissent profiter de cette stratégie pour les petits pardons.

Aimez cette vidéo. Abonnez-vous à cette chaîne. Aimez cette page. Cliquez sur le lien en haut ou en bas pour aller sur mon site obtenir des ressources supplémentaires pour devenir maître de votre destin et aussi, laissez-moi vos commentaires une fois que vous aurez appliqué cette petite stratégie. Je suis curieux de voir comment ça a changé les choses pour vous. Je vous dis que pour moi, ça fait 20 ans, et je serais curieux aussi d’avoir votre expérience.

Je suis Mike Fink. Ma mission est de vous aider à devenir maître de votre destin. Je vous souhaite une excellente journée et je vous dis à très bientôt.