Résumé

  • Ce modèle est très important parce qu’il vous donne des clés spécifiques pour améliorer votre vie, vous amener plus de bonheur, vous faire vivre plus heureux.
  • Bien que le plaisir soit un des composants nécessaires du bonheur, si vous n’avez que du plaisir, votre vie restera vide, car vous avez aussi besoin des autres quadrants pour obtenir le bonheur.
  • Regardez la vidéo pour avoir le contenu entier.
  • Cette vidéo vous donnera des clés très importantes pour améliorer et créer la Vie que VOUS voulez et Devenir Maitre de Votre Destin !

Actualités

  1. Facebook Recevez quotidiennement du contenu intéressant et les dernières nouvelles sur comment Devenir Maitre de votre Destin.
  2. Chaine Youtube Abonnez-vous à la chaine pour obtenir les nouvelles vidéos sur comment Devenir Maitre de son Destin dès qu’elles sont prêtes.
  3. Instagram Surveillez mon Instagram pour l’annonce de nouvelles ressources.

Transcription complète

Bonjour, je suis Mike Fink. Vous avez la possibilité d’améliorer, de créer, de façonner votre vie avec le pouvoir de votre esprit. Ma mission est de vous inspirer, vous éduquer, vous donner des outils et des instruments pour justement y arriver et devenir maître de votre destin. Aujourd’hui, je partagerai avec vous un modèle que j’ai appelé les sains quadrants du bonheur. Effectivement, je suis convaincu d’avoir trouvé la clé du bonheur et vous allez comprendre pourquoi. C’est un modèle que j’ai développé il y a plus de dix ans. Je ne l’ai pas encore partagé et je dois dire que pourtant, je n’ai jamais rien vu de similaire sur le plan des concepts et des filtres ou des façons de penser ou d’appréhender le monde que je vous proposerai. Bien entendu, le modèle n’est pas parfait. Je suis sûr qu’il peut être amélioré, mais je pense qu’il est vraiment très solide et qu’il vous donnera une bonne façon de comprendre ce qui vous permettra de vivre une vie plus heureuse. Pourquoi est-ce que j’ai appelé ce modèle les sains quadrants du bonheur ? Premièrement, pour moi, la base de tout ce système est ce que j’appelle la santé. La santé, c’est ce qui rend la vie beaucoup plus agréable. Elle nous permet d’être plus heureux. Par ailleurs, je dirais que plus on a la santé, mieux c’est. En général, moins on a la santé, moins bien c’est. Cela étant dit, même si votre santé n’est pas optimale, je vous dirais que si vous pratiquez ces quatre quadrants du bonheur, votre bonheur augmentera, quel que soit votre état de santé. Comment est-ce que je définis santé ? Il existe diverses définitions. Je suis certain qu’on peut ouvrir un dictionnaire et y trouver d’innombrables définitions. La définition que j’utiliserai pour les fins de ce modèle, c’est simplement de dire que vous avez la possibilité de faire les activités que vous voulez sans aucune douleur, gêne ou inconfort. Il s’agit par exemple de prendre vos enfants dans vos bras, pratiquer du sport, aller danser et j’en passe. Il est tout à fait possible de faire ces activités sans gêne, sans douleur même avec un taux de cholestérol trop élevé ou autre chose. Mais je ne veux pas m’attarder sur des maladies sous-jacentes potentielles pour le moment. Je les mettrai donc de côté. Parlons plutôt de ce que vous ressentez. Est-ce que vous êtes dans un état physique qui vous permet de pratiquer les activités qui vous amènent du bonheur ? Voilà la base de tout. Quel est le premier quadrant ? Le premier quadrant, c’est celui du plaisir. Alors évidemment, dans ce modèle, je vous proposerai plusieurs termes et vous donnerai mes propres définitions. Il se peut que vous ayez lu, entendu ou que vous ayez vos propres définitions par rapport à chaque terme que je vous proposerai. Toutefois, je vous invite à garder l’esprit ouvert et à écouter comment je définis chaque terme parce qu’il y a une logique derrière tout cela. Qu’est-ce que j’entends par plaisir ? Le plaisir, c’est tout ce qui vous amène une gratification immédiate, c’est-à-dire que c’est quelque chose que vous n’aviez pas, que vous avez tout d’un coup et qui augmente votre état de plaisir ou de bonheur avant de diminuer. Par exemple, vous pourriez manger un bon repas, faire du shopping, vous acheter une paire de souliers, voir un film au cinéma, faire l’amour. Ce sont toutes des activités qui, lorsqu’elles arrivent, vous amènent du plaisir, mais c’est sur le court terme. C’est presque un on/off, comme un bouton : on allume, on éteint. Ça dure le temps que ça dure et ensuite, ça s’efface. Les activités qui vous amènent du plaisir peuvent avoir une durée prolongée. Par exemple, après avoir mangé un bon repas, on peut dire : « j’ai vraiment bien mangé ». Mais la partie plaisir est vraiment concentrée durant la durée du repas. Voilà le premier quadrant. Quel est le deuxième quadrant ? C’est celui que j’appelle satisfaction et la satisfaction implique d’avoir des objectifs qui demandent des efforts dans la durée, donc dans le temps, et qui en général impliquent un apprentissage. Voici quelques exemples de satisfaction : apprendre une langue étrangère, apprendre à jouer un instrument de musique, apprendre un nouveau sport, faire du ski ou jouer au tennis. Vous pourriez faire un projet au travail, créer votre propre site web. Vous pourriez décider de maigrir. Cela vous demandera un objectif dans le temps, des efforts sur la durée et impliquera un apprentissage. Par exemple, si j’apprends à skier, au début, je me concentrerai sur le fait de garder l’équilibre. Je tombe jusqu’à ce que j’aie pratiqué suffisamment de fois pour savoir comment tenir debout. Donc il y a eu un apprentissage. Et ensuite, qu’est-ce qui se passe ? Le focus de votre effort changera. Il y aura progressivement moins d’efforts parce que lorsqu’on skie, en général, on fait énormément d’efforts au début. Il est très fatigant d’apprendre à skier puisqu’on tombe souvent. En revanche, dès qu’on a acquis une base d’équilibre, ça devient plus facile. Ensuite, on ne doit plus passer le temps sur le fait de trouver son équilibre, mais on commencera à changer de focus sur une autre activité comme les virages, par exemple. Par conséquent, la satisfaction, c’est dans le temps ; ça donne des objectifs. Aussi, il y a cette itération d’efforts, d’apprentissage, de techniques. Au fur et à mesure, on acquiert des compétences sur lesquelles on continue de construire. En général, tout ce qui amène de la satisfaction, c’est tout ce qui demande un challenge et comme je l’ai dit, il y a deux variables : l’apprentissage et l’effort. Il y a certains cas où l’apprentissage est moindre, mais à ce moment-là, on obtiendra de la satisfaction avec plus d’efforts. Prenons l’exemple d’un alpiniste qui est déjà très compétent. Pour lui, escalader le mont Everest, c’est le maximum de challenge qu’on puisse imaginer. Il est probable qu’il possède déjà les compétences techniques pour y arriver. Donc le fait pour lui de faire le mont Everest ne sera pas tellement quelque chose qui va lui amener à un nouvel apprentissage même s’il y en aura toujours, mais ça exigera plus d’efforts. On peut donc moduler l’un ou l’autre. Un autre exemple, c’est un architecte qui connaît déjà très bien son métier. Si c’est pour réaliser encore un autre projet, un énième projet de quelque chose qu’il a déjà fait, il sait déjà le faire. Il est probable que son sens de satisfaction sera moindre. En revanche, si on lui donne un projet d’architecture qui le contraindra à trouver de nouvelles idées, de nouvelles façons de faire qui représenteraient un défi technique, sa satisfaction augmentera à ce moment-là. Donc vous voyez vraiment la différence : le plaisir, c’est sur le court terme et la satisfaction, c’est sur le long terme et c’est quelque chose qui s’inscrit dans la durée. De plus, ce n’est pas quelque chose de on et off; c’est plutôt continu. Voyons le quadrant numéro 3. C’est celui que j’appelle joie et à nouveau, c’est ma définition. Qu’est-ce que j’entends par joie ? C’est le fait de créer et d’observer, c’est-à-dire d’exercer un impact positif sur la vie des autres. Je vous donne un exemple personnel. Lorsque j’étais étudiant à Yale, lorsque j’ai gradué et passé ma maîtrise, le temps était venu pour moi de déménager. J’ai commencé à empaqueter mes boîtes et sur le mur de ma chambre j’avais deux cartes. J’avais une carte du monde et une carte des États-Unis. Je me suis aperçu que si j’allais empaqueter ces deux cartes, il y avait deux possibilités : soit j’allais acheter des tubes en carton rigide et les glisser à l’intérieur pour ne pas les endommager, soit j’allais mettre ces cartes dans les valises en courant le risque de les froisser. Je ne savais pas où acheter un carton rigide. Alors, j’ai appelé John. Qui était John ? John était un étudiant qui avait obtenu une bourse d’études pour faire un doctorat à Yale. Il venait d’une petite ville des États-Unis. Il n’avait pas beaucoup de ressources financières, mais grâce à ses efforts et sa persévérance, il avait justement réussi à obtenir sa bourse d’études. J’ai donc appelé John et je lui ai dit : « écoute, John. Viens dans ma chambre ». Une fois que j’étais dans la chambre, je lui ai dit : « John, je vais partir. Je vais déménager. Toi, tu vas encore rester ici. Donc voilà. J’ai décidé de te donner ces deux cartes, la carte du monde et la carte des États-Unis ». C’est alors que quelque chose de fantastique est arrivé puisque je m’en souviens encore aujourd’hui. Tout d’un coup, John m’a pris dans ses bras et m’a dit : « thank you, Mike. Merci ! » Et j’ai vraiment été rempli de joie parce ce que j’avais eu non seulement un impact positif sur lui, mais j’avais également pu voir John en témoigner. Je ne vous donne pas l’exemple de John pour dire que je suis quelqu’un de très généreux. C’est juste une anecdote. En plus, pour moi, par rapport à mes standards, ces deux cartes du monde n’avaient pas une grande valeur pécuniaire. Mais pour John, mon cadeau faisait une grande différence. Pour procurer de la joie, il suffit de tenir la porte ouverte à une personne lorsque vous entrez dans un magasin ou un métro, voire d’aider une vieille dame à traverser la rue. Mais si vous faites par exemple un métier dans le domaine de la santé, vous avez probablement beaucoup de joie. Effectivement, si vous aidez des malades et vous voyez qu’ils se sentent mieux après ce que vous avez fait, non seulement vous avez créé un impact positif sur leur vie, mais vous en avez également été témoin. Permettez-moi de vous dire que dans ce modèle, un facteur important, c’est vraiment celui d’observer l’impact positif que vous avez sur les autres. Alors, ça ne veut pas dire que vous ne devriez pas aider les gens qui meurent de faim dans le monde ou ceux qui sont pris dans des guerres — loin de là. Ce que je veux dire, c’est que par rapport à votre bonheur et à la joie que vous allez recevoir au travers des activités que vous ferez, il est important de pouvoir observer l’impact que vous avez eu. Cette observation se fera peut-être en temps réel comme dans le cas de John ou si vous êtes dans le domaine de la santé ou même du coaching. Il y a un grand nombre d’activités grâce auxquelles on exerce un impact direct sur les autres et où on en voit l’impact immédiatement. C’est aussi le cas quand on reçoit des témoignages, des emails. Lorsque je reçois des emails de personnes qui ont arrêté de fumer ou qui ont perdu du poids grâce à mes programmes, je ressens de la joie parce que je vois concrètement que j’ai eu un impact positif dans la vie des autres. Cela me remplit de joie. Sachez que faire des choses pour les autres pour créer un impact positif dans leur vie ne veut pas forcément dire que cela vous amènera de la joie. Par exemple, lorsque vous tenez la porte ouverte pour une personne, il peut arriver qu’elle ne vous remercie même pas. C’est possible. Donc ce n’est pas une garantie. Mais je vous dirais que plus vous faites des choses de sorte à exercer un impact positif sur la vie des gens que vous pouvez observer, plus vous aurez de joie dans votre vie. Voyons le quadrant numéro 4 : l’appartenance. Qu’est-ce que j’entends par le mot appartenance ? Le mot appartenance est un partage avec des gens qui ont les mêmes valeurs ou les mêmes intérêts que vous. Il y a un dicton en anglais qui dit que lorsqu’on partage une peine, elle est réduite de moitié et lorsqu’on partage une joie, elle est doublée. Et c’est vraiment le concept que je veux partager avec vous au travers de l’appartenance. Donc l’appartenance ne veut pas nécessairement dire que c’est juste avec votre époux ou votre épouse ou votre conjoint. Ça peut être avec un ensemble de personnes. L’appartenance veut dire : partager les choses qui vous tiennent à cœur, en parler avec des gens qui vous comprennent parce qu’ils partagent les mêmes valeurs ou les mêmes intérêts. Vous pouvez le faire aussi avec des gens de votre famille même s’ils ne partagent pas nécessairement les mêmes valeurs ou les mêmes intérêts, mais selon moi, l’impact est moindre. Par exemple, j’adore le snowboard. Ma mère ne s’intéresse pas particulièrement aux sports en général et au snowboard en particulier. Si je lui dis que j’ai passé un après-midi fabuleux sur les pistes, que j’ai réussi à faire un virage d’une certaine façon ou une nouvelle manœuvre, elle va certes m’écouter, mais en termes de mon partage avec elle, je ne vais probablement pas recevoir le même bénéfice. En revanche, si je parle avec quelqu’un d’autre qui est passionné par le snowboard et que je lui raconte ce qui m’est arrivé et ce que j’ai réussi à faire, ça va aller nourrir ce quadrant du bonheur. Vous pouvez pratiquer l’appartenance avec votre conjoint par rapport à une valeur que vous avez en commun, mais vous pouvez aussi le faire avec des collègues au travail ou les gens qui jouent dans la même équipe de sport que vous. Par exemple, si vous jouez au foot et vous avez des gens qui sont dans la même équipe que vous, vous pouvez partager avec eux ce que vous avez fait, comment était la partie, ce que vous avez réussi à faire, etc. Voyons maintenant autre chose. Le fait est que la majeure partie des gens pensent que le secret du bonheur, c’est juste d’obtenir le plaisir. Il existe un mythe qui consiste à dire : « si seulement je pouvais gagner au loto, je serais heureux ». Mais je suis là pour vous dire que selon moi, bien que le plaisir soit un des composants nécessaires du bonheur, si vous n’avez que du plaisir, votre vie restera vide, car vous avez aussi besoin des autres quadrants pour obtenir le bonheur. Les gens se disent que s’ils gagnent au loto, ils vont pouvoir s’acheter tout ce qu’ils veulent. Vous avez probablement entendu parler des fils de millionnaires ou de milliardaires, des gens très aisés, qui font de la drogue ou même qui se suicident. Pourquoi ? Je pense qu’ils se focalisent uniquement sur l’acquisition et sur le fait de ressentir du plaisir sans devoir faire d’efforts pour atteindre des objectifs, sans devoir faire de sacrifices, sans l’apprentissage qui leur amènerait la satisfaction et probablement, dans une moindre mesure, dans ces deux autres quadrants. Le plaisir est quelque chose d’important, de nécessaire, mais il ne constitue qu’un des quatre quadrants. Encore une chose : il arrive que certaines personnes puissent avoir du plaisir et de la satisfaction, par exemple des gens qui ont très bien réussi professionnellement. Donc leur réussite professionnelle leur octroie une certaine aisance financière qui peut leur amener du plaisir et aussi de la satisfaction puisqu’ils se fixent des objectifs du point de vue professionnel, ils les ont atteints, ils ont continué d’apprendre, etc. Par contre, il y a plusieurs autres personnes qui ne sont pas heureuses. Pourquoi ? Selon moi, c’est parce qu’il leur manque un des deux autres quadrants, voire les deux autres quadrants. Il leur manque probablement l’appartenance. C’est notamment le cas si elles n’ont pas autour d’elles des personnes qui partagent leurs valeurs ou leurs intérêts, des gens avec qui justement parler de leur vie, des choses qui les passionnent, qui les intéressent, qui les rendent heureux ou malheureux. Il y a aussi le fait que ces personnes n’ont pas investi beaucoup de temps et d’efforts pour exercer un impact positif sur la vie des autres et l’observer. Et parfois, il y a des gens qui ont peut-être ces trois quadrants parce qu’ils ont bien réussi. Leur réussite leur a amené de la satisfaction et des ressources financières qui leur permettent d’avoir du plaisir. Ils ont peut-être des collègues de travail ou des gens avec lesquels ils partagent l’appartenance, mais en l’absence de ce quadrant, il leur manque quelque chose de fondamental. Vous voyez aussi que fondamentalement les deux quadrants du haut ont à avoir avec soi-même alors que les deux quadrants du bas ont à voir avec les autres. Les deux quadrants sur le côté gauche ont à voir avec le court terme alors que les deux quadrants sur la droite ont à voir avec le long terme. Encore une chose : vous voyez que j’ai mis toutes ces petites flèches pour vous dire qu’on peut combiner les différents éléments de ce modèle. Par exemple, parlons de la combinaison de la santé et du plaisir. Si vous allez vous faire masser, ce massage améliorera votre santé et il vous procurera également du plaisir. Voyons le plaisir et l’appartenance. C’est simple : si vous allez souper avec un collègue de travail, un conjoint ou un ami et que vous mangez un délicieux repas pendant votre conversation, vous combinez plaisir et appartenance. Voyons un petit peu le plaisir et la satisfaction. J’adore le snowboard. Des fois, j’éprouve du plaisir à faire certaines pistes, descendre des pentes à grande vitesse et faire ce que je sais déjà faire. Mais si en plus je fais des pistes où j’essaie de nouvelles techniques et de nouvelles manœuvres dans l’optique de m’améliorer techniquement, cela impliquera la satisfaction. Donc j’ai fait plaisir avec les autres quadrants, les autres éléments. Voyons comment on peut combiner satisfaction et santé. Si vous allez à la salle de sport ou si vous faites une activité physique, il vous faut des objectifs. Ça vous permettra d’apprendre. Ça vous demandera aussi de faire des efforts. Vous apprendrez. Cela vous prendra du temps, ce qui va s’inscrire dans la durée, mais vous améliorerez votre santé. C’est notamment le cas lorsque vous fréquentez une salle de sport ou pratiquez un sport physique. Voyons ensuite satisfaction et appartenance. Si vous travaillez sur un projet avec des collègues de travail avec lesquels vous partagez des intérêts ou des valeurs ou si vous faites par exemple des rénovations ou du jardinage avec votre conjoint, ça sera de l’appartenance et de la satisfaction. En effet, ces activités vous demandent des objectifs, des efforts, de l’apprentissage tout en combinant l’appartenance. Voyons la satisfaction et la joie. Si vous vous rendez bénévolement dans un pays pour aider des villageois à construire un puits d’eau, ça vous demandera des objectifs, des efforts et une certaine durée de temps. Vous devrez apprendre comment faire et cela exigera certainement des efforts. Dès que le puits sera fonctionnel, vous pourrez observer la joie sur le visage des habitants du village qui désormais auront de l’eau potable et facilement accessible alors qu’avant, il leur fallait peut-être marcher des kilomètres pour s’en procurer. Ce sont des exemples, peut-être pas les meilleurs, mais c’est pour illustrer les idées. Donc je pense avoir fait le tour du quadrant de la satisfaction et de la manière dont on peut le combiner aux autres. Voyons comment on peut combiner joie et santé. En faisant un massage, vous combinez non seulement plaisir et santé, mais aussi la joie. Si à la fin du massage vous dites à la massothérapeute combien vous avez apprécié le massage parce qu’elle a était techniquement très bonne, parce qu’elle a su où trouver vos points les plus sensibles et comment justement améliorer la situation, vous aurez combiné la joie de voir qu’elle sera très contente du feedback que vous lui aurez donné et la santé. Dans ce cas-ci, il y aura même eu le plaisir du massage. Voyons la joie et l’appartenance. Si vous allez par exemple visiter une amie qui est à l’hôpital avec laquelle vous avez des intérêts ou des valeurs en commun, il y aura l’élément d’appartenance et vous obtiendrez aussi de la joie parce que cette personne sera contente de votre visite. Elle sera contente de ne pas être seule, en particulier dans un moment plus difficile pour elle puisqu’elle est malade. Je pense avoir fait la combinaison de tous les quadrants. Il se peut que j’en aie oublié quelques-uns, mais vous comprenez l’idée. En fait, voici ce que je vous invite à faire dorénavant. Maintenant que vous avez ce filtre, ce modèle en tête, commencez à voir les différentes activités que vous faites et voyez ce que chaque activité amène en termes de 1, 2, 3 quadrants. C’est intéressant. Comme vous l’avez vu, on peut combiner non seulement deux quadrants, mais trois quadrants comme dans l’exemple que je vous ai donné de la personne qui va faire un massage. Elle a du plaisir, elle améliore sa santé et elle donne de la joie lorsqu’elle donne le feedback à la massothérapeute ou au massothérapeute. Comme je vous l’ai dit, ce modèle peut certainement être amélioré. Par exemple, il y a certaines choses dont il ne tient pas compte de façon explicite. Une des choses que la recherche a établies de façon vraiment répétée, c’est que par exemple, la méditation est quelque chose qui ajoute beaucoup de bonheur et du bien-être à la vie des gens. Il n’y a pas vraiment d’espace spécifique pour la méditation. Peut-être que ce serait au niveau de la satisfaction parce que ça demande quand même une certaine pratique dans la durée. Il est aussi possible que ce soit au niveau du plaisir, de comment vous vous sentez par la suite. Mais comme je vous l’ai dit, c’est un modèle qui, selon moi, vous donne plein de distinctions. Je vous offre encore une autre distinction qui n’est pas nécessairement apparente dans ce modèle-ci. C’est celui de la gratitude. Exprimer de la gratitude Plusieurs études scientifiques prouvent que si vous exprimez de la gratitude chaque jour pour trois ou cinq choses, ça vous aidera à être plus heureux pour toute une série de raisons que je développerai d’ailleurs dans une autre vidéo. Exprimer de la gratitude vous aide à vous focaliser sur les choses positives, sur les choses qui marchent, ce qui fera en sorte que vous allez en remarquer plus. Encore un autre modèle que je vous propose rapidement. Cet autre modèle dit que si vous faites quelque chose de mental, quelque chose de physique, quelque chose d’émotif, de social et de spirituel dans la même journée, vous aurez une journée qui vous apportera du bonheur. Quoi qu’il en soit, par rapport à ce modèle que j’ai développé, je vous invite à essayer de combiner le plus d’éléments possible dans la même journée. En d’autres termes, essayez de faire quelque chose qui vous amène de la santé. Essayez de faire quelque chose qui vous procure du plaisir, de la satisfaction, de la joie et de l’appartenance. Il se peut que vous n’y arriviez pas tous les jours, mais essayez dans la mesure du possible de remplir les quatre quadrants tous les jours pour que ce soit quelque chose qui vous remplisse. Faites-le pour vous et pour les autres sur le court terme, sur le long terme. Si vous n’arrivez pas à faire quelque chose qui remplit les quatre quadrants et la santé tous les jours, arrangez-vous pour couvrir tous les quadrants dans la semaine. Pour ce qui est de la joie, il est possible que vous soyez trop occupé à travailler ou que vous travailliez tout seul. Dans un tel cas, profitez du weekend pour plus nourrir le quadrant de la joie. J’ai partagé ce modèle avec vous. Utilisez-le. Utilisez les distinctions. Commencez à appréhender le monde au travers des filtres que ce modèle vous propose et utilisez peut-être aussi les autres indications que j’ai données par rapport à la gratitude, à la méditation ou au fait d’intégrer le spirituel, l’émotif, le physique et le mental. Mais quoi qu’il en soit, pour moi, ce modèle est très important parce qu’il vous donne des clés spécifiques pour améliorer votre vie, vous amener plus de bonheur, vous faire vivre plus heureux. Donc si vous avez trouvé cette vidéo intéressante, partagez-la, cliquez sur le bouton « j’aime », abonnez-vous à cette chaîne ou aimez cette page en fonction de la plateforme où vous vous trouvez. Laissez-moi vos commentaires. Je serais curieux de savoir ce que vous pensez des concepts que j’ai partagés. Cliquez aussi sur le lien pour vous inscrire et recevoir d’autres ressources qui vous permettront d’améliorer, de créer et de façonner votre vie avec le pouvoir de votre esprit et de devenir ainsi maître de votre destin. Je suis Mike Fink et je vous dis à très bientôt.